La course à pied Les blogs courseapied.net : Serge

Le blog de Serge

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2005-09-22 17:42:09 : Vélo valloné (22-09-05)

Une sortie pas bien longue (1h15) mais nettement plus variée qu'hier. Mon coeur est monté à 180, sans que je sois à bloc. C'est mon maximum atteint en course à pied.
Une belle journée pour faire du vélo.

Les réactions

Par ric69, le 2005-09-22 21:16:19
C'est sûr que cette semaine c'était top. Comme toi j'en ai profité. En cote le vélo ça peut taper autant qu'en CAP, c'est sûr que dans la GTA c'était plutôt rare des montées pareilles.
Si je résume, 2006 ce sera juste le plaisir de te maintenir en forme.
On y est pas encore donc profitons de l'arrière saison et bonnes séances pendant que la météo est avec nous.

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)


Cliquez sur le graphique pour voir les données chiffrées de la séance.


Les 5 billets précédents

2005-09-21 22:57:50 : Courte sortie vélo (21-09-05) - 0 photo - 3 réactions

Comme lors de mes autres reprises après quelques jours sans sport, mes pulsations sont hautes pour un effort léger. Les jambes vont bien. Je pense continuer le vélo jusqu'à fin septembre et ne reprendre tranquillement la course à pied qu'en octobre.
Sortie de 43' sur mon parcours témoin.

2005-09-18 19:57:56 : GTA 14/14 : Col des Fournés - Nice - 2 photos - 2 réactions

Dernière étape. Le but est proche. Je pars cette fois dans le second groupe sur 3. Le but est que tous les coureurs arrivent dans un minimum de temps et assez tot pour avoir le temps de rejoindre tous ensemble la plage.
Cela commence mal car le mini-bus du premier convoi est bloqué sur une pierre. Nous partons avec du retard sur l'horaire prévu par cette belle journée qui s'annonce. Le mini-bus nous amène juste en dessous du col des Fournès, pas loin d'où nous avons quitté le GR5 hier.
Départ en cote puis je me place derrière Werner sur une portion roulante. Belle vue depuis le Brec d'Utelle puis une descente technique où nous perdons du temps sur 3 coureurs. Plus loin, j'aurais le droit à ma plus rude gamelle du parcours, mais toujours sans gravité. Les parties roulantes succèdent aux parties techniques. Passage à Utelle et descente dans la vallée pour traverser la Vésubie au Cros d'Utelle.
Enfin, cela remonte vers Levens. Werner va bien et je suis content de suivre. Il y a un coureur, meilleur descendeur mais moins fort dans l'ensemble, qui est encore devant alors il veux le ratrapper d'où un rythme soutenu. Passage à coté d'une décharge et du bitume pour traverser Levens et rejoindre le ravito sur un terrain de foot. Juste avant, Gilles Rostolan et Dawa, partis 30' après nous, nous ont rejoint. Nous arrivons tous les 4 cote à cote au ravito.
Ils doivent m'attendre pour que l'on repartent ensemble. J'oublie sans le faire exprés mes batons mais cela ne me genera pas sur la fin du parcours assez roulant malgré les cailloux omniprésents.
Très vite, je me retrouve seulement avec Werner qui conserve un bon rythme pour rejoindre les coureurs partis du ravito quand nous y sommes arrivés. Nous doublons un ami de Gilles en VTT, pas à l'aise dans ces descentes très techniques. Après l'ascension du Mont Cima, nous revenons enfin sur Ignace et le passons. Je suis bien à ce moment là alors je m'autorise un petit sprint. Dawa et Gilles ont rejoint les premiers de notre groupe. Ils continuent tranquillement alors nous les reprenons à l'entrée d'Aspremont. Hésitation dans le village où nous avons du quitté momentanèment le GR5.
Werner retrouve par hasard une traileuse de sa connaissance. Elle nous rejoindra avec son mari à l'arrivée. Nous retombons sur le premier coureur du premier groupe donc il y a maintenant une dizaine de coureurs partis à 3 heures différentes.
Dernière ascension de cette traversée, le Mont Chauve. Dawa mène en courant, Werner qui sent la fin court aussi dans cette pente correcte et je suis en marchant. Quand Dawa prends un raccourci toujours en courant, Werner ne suit pas alors je le passe et revient sur Dawa, en marchant mais en forcant quand meme. Au sommet, il s'arrete afin d'attendre pour que l'on finisse tous ensemble. Je m'arrete aussi pour remettre ma chaussette. Werner arrive et continue pour prendre de l'avance avant la dernière descente technique. Je repars peu après, rejoint Nicolas qui avait suivi et me refait un autre sprint pour rejoindre Werner. J'ai encore de bonnes jambes après 14 jours de course.
La descente est effectivement bien technique alors nous sommes repris et distancé mais nous arrivons quand meme 4 ensemble, malheureusement à la queue leuleu vu l'étroitesse du sentier et l'arrivée qui est déjà là.
Ravito puis nous recourons un peu pour le journaliste de France 3, venu filmer l'arrivée. Une fois que tout le monde est arrivé, nous partons avec le copain de Werner comme guide vers la méditerrannée. La reprise en descente sur le bitume n'est pas évidente puis tout le monde arrive à recourir sur le plat. Comité d'acceuil spécial sur la promenade des anglais pour Bernard, l'aveyronnais. Et c'est parti pour un moment très plaisant, la baignade dans une eau assez chaude, moins drole, les galets pour y acceder. Nous sommes à la bourre alors nous ne pouvons aller nous changer avant la réception et la remise des prix à l'office du tourisme. Adieu pour les coureurs ne remontant pas en mini-bus et nous décollons assez tard. Arrivée tard dans la nuit à Thonon, je dort dans un mobil-homme et ne rentre que le matin.

Résultats complets et commentaire sur :
http://www.couriretdecouvrir.com

2005-09-17 15:48:10 : GTA 13/14 - Roure - Camp de Villars - 0 photo - 1 réaction

Il a plu toute la nuit mais cela s'arrete avant que nous partions. Les organisateurs sont allés reconnaitre si l'on pouvait passer une rivière à gué. Il existait une passerelle mais elle a été emporté. Il y a trop d'eau alors nous rejoidrons le GR5 en mini-bus.
Un peu de route en montée pour commencer. Je prends les devants et entame la descente sur St-Sauveur sur Tinée avec un peu d'avance sur Dawa. Je m'attends à etre rejoint à tout moment mais non, j'arrive dans le village encore en tête. Je dois ralentir un peu dans la traversée sur village car je ne sais pas trop où je vais. Je manque un sentier et Dawa me rapelle à l'ordre. C'est bien raide et il continue tranquillement à courir alors que nous marchons. Ensuite, c'est une longue piste pas trop raide. Je débride le moteur et monte à fond en courant et en continuant d'utiliser les batons. Je fais toute la montée vers les 160 pulsations alors que les jours précédents, je dépassait rarement les 140. Je creuse l'écart sur David et Gilles Rostollan. Devant, nul trace de Dawa, il faut dire que j'ai pas mal de buée sur mes lunettes.
Je marche au sommet dans le village de Rimplas et me laisse rejoindre. Je m'accroche dans les petites descentes et remontées. Mon but est de rester avec eux jusqu'au ravito, d'y prendre mon temps et de finir l'étape avec Werner. Mais cela lache dans la tête alors je les laisse filer. Je double Philippe, le traditionnel dernier, parti avant le dernier groupe.
J'arrive au ravito et apprends que Werner en ai déjà reparti, sans qu'il m'est doublé. Je comprendrai après l'étape que j'ai quitté un moment le GR5 pour un chemin un peu moins direct. Comme je suis dernier du dernier groupe parti, je prends mon temps au ravito. Je fais le plein de la poche à eau avec la boisson de l'organisation coupée à l'eau. Je n'ai pas pris de recharge dans mon sac et ma boite est dans l'autre camion. Alors j'en suis quitte pour tester le Leppin, gout ananas.
Je repars tranquille et décide de finir cette étape sur le mode ballade. Au sommet du col du Varaire, je prends à gauche au lieu d'aller à droite. Petite montée et descente puis j'arrive à un carrefour. Comme je ne comprends rien, je sors le topo, fait une pause besoin naturel et retourne là où j'ai vu la dernière marque du GR. 20' de perdu.
Je retrouve le bon chemin que j'effectue tranquillement. Avec Werner, j'aurai quasiment courru tout le long mais là, je marche presque tout le temps. Fini les éclaircies et place au brouillard. Comme je suis seul, je prends le temps de faire des pauses pour faire pipi, vérifier le topo où remettre mes chaussettes en place.
Enfin, la descente sur les granges de la Brasque puis la petite route vers le col d'Andrion, où je croise des cyclistes. Nous coupons la route par quelques sentiers puis quittons le GR5 pour rejoindre notre lieu de logement du jour, en dehors du GR5. Pour cela, nous prenons un vague sentier, pas entretenu et un peu piégeux. Pas mal d'arbres à contourner. A ma grande surprise, je reviens sur la fin sur un coureur de l'équipe Somfy. Je passe devant et il me suit vu que je ne vais pas bien vite. Je retrouve une piste et je desserre le frein à main sur une centaine de mètres. Je dois dépasser à l'aise les 20 km/h. Plus qu'une petite montée et j'arrive sur la ligne.
Surprise, nous dormirons sous tente, les douches à l'extérieur sont tièdes et nous mangerons à la frontale. Ceci de n'a pas empeché de bien dormir et recuperer.
Une journée un peu différente avec 1h30 à fond et le reste en ballade.

2005-09-16 22:05:12 : GTA 12/14 - St Dalmas le Selvage - Roubion - 3 photos - 4 réactions

Dawa Sherpa nous as rejoint depuis la veille au soir. Je ne le verrais pas longtemps lors de l'étape. Après une courte descente, nous montons un col à la pente douce par une piste et quelques sentiers qui coupent les lacets. Dawa s'éloignent très vite avec Gilles Rostollan.
Dans la descente sur St-Etienne de Tinée, Werner et moi sommes laché par les autres coureurs partis en même temps que nous. Un peu de plat rapide sur les routes du village et nous commençons la raide montée vers Auron. Cette station n'est pas terrible l'été. De plus, le GR5 a été dévié sur les pistes de ski à cause de travaux. Au sommet, nous tombons sur le grupetto qui èrent à la recherche de la descente par le GR5. Sans regarder le topo, je file tout à fond et arrive au col du Blainon d'où je retrouve le vrai GR5. Je m'arrete pour remettre ma chausette alors je dois tracer dans la descente pour rejoindre mon poisson-pilote suisse. J'arrive au ravito un peu avant lui et repars après. Un autre sprint pour ratrapper Werner et Gilles Barthalay.
Comme dans toutes les étapes, j'ai une période où je suis un peu moins bien mais j'arrive à suivre sur les pentes du col de la crousette, perdu dans le brouillard et où le vent soufle avec force. Peu avant le sommet, nous mettons les vestes de pluie. Après le col, cela monte encore avec une visibilité réduite. Je me depeche de combler l'ecart du a un nouvel arret pour que nous soyons ensemble.
Descente par moment sympa vers le col des Moulines. Juste avant, Werner s'est arrete pour un besoin naturel. Je l'attends en marchant.
Du col, nous quittons le GR5 pour rejoindre le gite du jour. Long passage sur une crete. Nous reprenons Gilles, qui nous avait distancé dans la descente. La pluie est présente. Nous arrivons enfin au col de la coullouile. Plus qu'un dernier tronçon sur le GR56B. Peu avant l'arrivée, nous revenons sur un coureur parti 1h avant nous. Il pleut maintenant fort mais nous arrivons dans les ruelles de Roubion alors nous pouvons nous mettre à l'abri avant le transfert vers le gite.

2005-09-15 18:09:56 : GTA 11/14 - Fouillouse - St Dalmas le Selvage - 6 photos - 2 réactions

Encore un bon bout de route avec la possibilité de l'éviter par une variante préparée par Gilles Rostollan. Il pleut fort toute la nuit et encore au lever vers 6h. Mais miraculeusement, il ne pleut plus au moment du départ. Nous ne faisons quand même pas la variante. Nous montons le premier col à peu près groupés, en quittant très vite le GR5 pour un chemin plus sympa. Un passage hors-sentier pour éviter un troupeau de moutons et leurs possibles gardiens, les patous.
A l'intersection de la variante, nous prenons en direction de la variante. Je ne comprends plus rien. Si l'on fait la variante, pas de ravitaillement. Plus loin, nous quittons le chemin de la variante pour emprunter un chemin sur un pierrier qui évite du dénivelé. A la bifurcation, j'ai attendu de voir arriver Werner pour continuer. Plus loin, nous le voyons sur le chemin de la variante. Nous lui faisons de grand signe mais il continue la montée vers le superbe col de la Portiolette, soupoudré de la neige de la nuit. Je continue le chemin et retrouve le GR5 pour finir l'ascension du col avant la descente sur Larche. Pas trop mauvaise descente de ma part, vu que Bernard, bien meilleur descendeur que moi, reste derrière tout du long.
A Larche, au ravito, je prends le temps de me changer et devetir vu qu'il y a maintenant du soleil. Je vais au toilettes et fait le plein de la poche à eau. Quand je repars, Werner arrive au ravito. J'attaque la portion de route en marchant pour l'attendre. Il revient assez vite sur moi et m'explique qu'il ne nous as pas vu à la bifurcation. Il a continué vers la variante. Il a vu nos grands gestes, a continué puis a fait demi-tour quand il n'a vu personne dans la combe menant au col.
Comme dans toutes les portions montantes sur bitume, je vais un peu plus vite que Werner. Par contre, il relance beaucoup plus dès que cela redevient à peu près plat. Nous rejoignons Bernard avant le Pont Rouge où s'arrete la route. De là débute la longue ascension du pas de la Cavale (2671m). Les marmottes pulullent au début de la montée. Je m'arrete 2 fois pour remettre ma chaussette et je reviens sans trop de peine.
La descente est technique. Bernard s'envole et je reste derrière Werner, pas à l'aise et qui manque de tomber. Remontée au col des Fourches puis une descente en coupant les lacets de la route du col de Restefons la Bonette. Il pleut un peu alors nous mettons les vestes de pluie. Passage à Bousiéyas avec un mini ravito. Comme souvent, je bois un peu d'eau gazeuse pour changer du gout sucré de ma boisson énergétique.
Dernière montée du jour du col de la Colombière. C'est une piste carrossable. Au début, je continue de courir alors je distance Werner. Je l'attends plus loin en marchant pour que l'on finisse ensenble. Dans le dernier coup de cul sous le col, je pars au sprint afin d'avoir le temps en haut de remettre ma chaussette. Plus qu'une longue descente qui fait un grand détour. Certains coureurs ont bien coupé.
Fin de cette longue journée à St-Dalmas le Selvage. Journée qui s'est avérée bien moins mauvaise que l'on aurait pu le penser en regardant tomber des trombes d'eau à 6h.

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net